Service d'aide et de soins spécialisés en assuétudes

Le Centre Zéphyr vous propose ses services

La tournée minérale va occuper certain.e.s d’entre vous durant tout ce mois de février. Au  CHRSM d’Auvelais, le soutien à cette initiative est total d’autant que les professionnels de l’accompagnement aux assuétudes constatent que la crise sanitaire a fait quelques dégâts supplémentaires en terme de santé mentale. Deux psychologues du centre Zéphyr, pour les assuétudes, nous expliquent leur travail.

Depuis son apparition, la pandémie a totalement perturbé la vie sociale. Certaines personnes se sont retrouvées seules avec leurs problèmes, d’autres ont pris de mauvaises habitudes liées à l’alcool. Et le confinement a causé une augmentation des problèmes liés à cette consommation.

Emilie Docquier et Florine Custers, toutes deux psychologues au Centre Zéphyr, un service d’aide et de soins spécialisé en assuétudes, mettent en garde contre une consommation d’alcool excessive.

« La tournée minérale, c’est bien pour le tout venant, mais si on a déjà un rapport difficile avec l’alcool, ce n’est pas forcément une bonne idée d’arrêter tout pendant un mois, de manière abrupte. Cela peut avoir de graves conséquences au niveau de la santé, il faut un sevrage progressif. Néanmoins, cette période est peut-être le bon moment pour questionner son rapport à l’alcool. Ce n’est ni une question de quantité, ni une question de moment de consommation. Ce qui devient problématique, c’est quand l’alcool acquiert une fonction anxiolytique, ou de désinhibition sociale ou encore de somnifère. A ce moment là, il faut peut-être consulter car on ne peut plus se passer d’alcool pour assumer ces fonctions là »

Le Centre Zéphyr traite tout type d’assuétudes, des psychologues, assistant.e.s social.e.s ou des infirmier.ère.s reçoivent les personnes désireuses de se débarrasser de leurs mauvaises habitudes sur rendez-vous. 

Tout le monde peut avoir un problème d’alcool, selon nos deux psychologues, toutes les tranches d’âges, toutes les classes sociales sont représentées avec une majorité d’hommes si l’on prend en compte tous les types d’assuétudes, drogue, tabac, alcool.

« Il est important d’insister, quand on consomme tous les jours, on n’est pas forcément alcoolodépendant. Je ne suis pas alcoolique parce que je bois dès le réveil, non ce n’est pas ça, ça ce sont des clichés.  Il y a du coup beaucoup de gens qui ne sont pas conscients d’avoir un problème. En tant que psychologue, nous accompagnons les gens en fonction de leur demande, il n’y a pas d’objectif pré-défini. On peut accompagner pour arrêter mais aussi pour diminuer, ou aller vers une consommation responsable. Parfois même on passe par d’autres choses avant d’admettre le problème ou de faire émerger la demande. »

La consommation d’alcool n’a pas de cause particulière, beaucoup de personnes dépendantes veulent juste oublier leurs problèmes et/ou décompresser. Ils ont besoin de s’évader et d’oublier leurs problèmes. Mais les problèmes eux-mêmes varient, il peut s’agir de gros traumas de l’enfance comme des difficultés à gérer le stress du quotidien.

En 2021, 178 dossiers on été ouverts au Centre Zéphyr dont 96 pour une problématique d’alcool associée le plus souvent à d’autres assuétudes. Cela signifie que plus de la moitié des personnes qui s’adressent au Centre ont un problème lié à l’alcool de près ou de loin.

« Lorsque quelqu’un a un doute, la première personne à qui il doit s’adresser, c’est le médecin traitant. Ensuite, il peut être orienté vers une équipe comme la nôtre. Nous travaillons aussi en collaboration avec l’unité d’alcoologie, le Centre de jour « RE-PAIR » (post-cure ambulatoire de 19 séances constituées d’activités de groupe et/ou individuelles.), avec l’unité de psychologues de l’hôpital (des psychologues et neuropsychologues, intégrés dans différentes unités de soins de l’hôpital) avec  le service de gastro-entérologie où les patients arrivent le plus souvent pour une désintoxication. »

A ces services, on peut ajouter l’atelier Thérapeutique, La Bavette, un restaurant dans lequel les tâches sont réalisées par les participants et l’équipe soignante.

La prise en charge de la santé mentale, fait partie de l’ADN du CHRSM- - site Sambre. Une volonté de spécialisation qui correspond aussi à une demande de la patientèle.
 
Ce travail demande une implication rare, puisque les personnes concernées par les assuétudes sont par nature instable.

"On observe des oublis de rendez-vous, des discours déstructurés ou encore des difficultés à retenir les informations ».

Un suivi thérapeutique est alors parfois mal engagé dans ce contexte.
C'est pourquoi, il est apparu évident de proposer différents outils de remédiation cognitive afin de toujours mieux prendre en charge les patients.

L’Unité de Psychologie du CHRSM - site Sambre et les psychologues du Centre Zéphyr se formeront dès 2022 pour aller encore plus loin et mieux dans la prise en charge.

Le Centre Zéphyr vous propose ses services